Lectures en diagonale
Bienvenue,

Inscrivez vous pour poster des commentaires ou de nouvelles lectures.

Théorie du genre : des élèves absents du fait d'une étrange rumeur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Théorie du genre : des élèves absents du fait d'une étrange rumeur

Message par zylis le Mar 28 Jan - 17:16


Plus d'un tiers d'absentéisme constaté dans une école strasbourgeoise de zone d'éducation prioritaire, et un mouvement qui gagne de nombreuses académies. Farida Belghoul, proche d'Alain Soral, a lancé un boycott contre la théorie du genre à l'école, que certains parents, issus des communautés turque, maghrébine et gitane, ont suivi.

«Est-ce que des associations gay et lesbiennes vont venir à l'école parler de sexualité? Allez-vous montrer des films porno? Est-il vrai que des juifs vont venir à l'école pour savoir si nos enfants sont des garçons ou des filles? C'est quoi la théorie de genre?»

Le 23 janvier, un raz-de-marée de questions émanant de mamans de la communauté turque ont déferlé sur le directeur d'une école de Strasbourg située en zone prioritaire. «Elles sont venues me montrer les SMS les alertant à la fois sur la théorie du genre et l'éducation à la sexualité, et les appelant à boycotter l'école. C'est l'aspect sexuel, très tabou dans cette communauté, qui les a le plus touché», explique le directeur. La rumeur se répand comme une traînée de poudre dans le quartier. Le lendemain, l'école élémentaire où sont inscrits 240 élèves dénombre 86 absents, turcs, gitans et maghrébins. «Nous nous sommes employés, via les mamans présentes au conseil d'école et issues de ces communautés à désamorcer cette situation explosive, en expliquant qu'il s'agissait de désinformation et de manipulation. Elles ont fait du porte-à-porte. Mais une fois que la rumeur est partie…», lâche le directeur qui, en 12 ans à la tête de l'école, n'a jamais été confronté à une telle fronde, y compris sur les questions de port du voile. «Cette suspicion des parents n'est pas dirigée contre nous, les personnels de l'école, mais contre l'institution scolaire».

Journée de retrait

Dans le mille. Car c'est précisément l'objectif du mouvement «Journée de retrait de l'école», lancé par une certaine Farida Belghoul, 55 ans, militante passée en 30 ans de l'extrême gauche à l'extrême droite. Initiatrice en 1984 de la seconde marche des beurs, aujourd'hui proche de l'essayiste Alain Soral (lui-même lié à Dieudonné) et de son association «Égalité et Réconciliation», Farida Belghoul est partie en croisade contre l'avènement d'une théorie du genre à l'école depuis la rentrée 2013-2014. Elle est passée à l'action le 24 janvier en appelant à un boycott de l'école une fois par mois, via les réseaux sociaux et des sms diffusés en chaîne. «Vous justifierez l'absence de votre enfant le lendemain par le motif: «journée de retrait de l'école pour l'interdiction de la théorie du genre dans tous les établissements scolaires», est-il expliqué sur le site internet du mouvement baptisé «JRE2014» pour «Journée de retrait de l'école». Il s'agit d'«une action nationale inédite pour sauver nos enfants», explique le tract diffusé que l'on retrouve sur ce site internet sous le titre «Protégeons la pudeur et l'intégrité de nos enfants». «Le ministre de l'Éducation nationale, Vincent Peillon, sur les traces de son prédécesseur Luc Chatel veut généraliser et officialiser l'enseignement de la théorie du genre (…) à la rentrée 2014 (…)

Des centaines d'écoliers sont déjà victimes de ces programmes à titre expérimental», développe le tract en référence aux ABCD de l'égalité, lancés conjointement par Vincent Peillon et Najat Vallaud-Belkacem, dans dix académies. «D'ores et déjà, des militants du lobby LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transexuels, NDLR) s'invitent en classe», explique-t-il. «L'éducation de nos enfants nous appartient», martèle le tract qui milite pour le retour d'«un ministère de l'instruction publique». Sur le site, une soixantaine de contacts locaux assurent le relais du message en régions.

Les dégâts sont faits

Étonnante force de frappe. Au quatre coins de France, de l'Oise à l'académie de Lyon en passant par Paris, de nombreux enseignants et directeurs d'école ont alerté leur hiérarchie. Laquelle a adressé un message à ses inspecteurs. «Ce mouvement d'inquiétude (JRE, NDLR) n'est pas fondé ; il s'appuie sur une rumeur», écrit ainsi un recteur. Aussi, en réponse à celle-ci, je vous recommande d'agir avec bon sens et réactivité et de communiquer clairement un message rassurant à destination des familles, coupant court aux tentatives de manipulation et de désinformation. «Les programmes en vigueur ne font aucune référence aux théories évoquées».

«De gentils courriers qui ne mangent pas de pain et ne répondent en rien à l'état d'émoi,» selon Anne-Marie Haller, secrétaire départementale de l'Unsa dans le Bas-Rhin. «Comment éteindre l'incendie? Cette campagne a touché un public crédule et peu éduqué. Les dégâts sont déjà faits», poursuit-elle, avant d'ajouter: «Difficile de prouver les choses: les programmes scolaires sont opaques et l'enseignant jouit d'une liberté pédagogique».

De son côté, le ministère parle d'un mouvement «mineur», suivi cependant «avec attention».

Jointe par le Figaro, Farida Belghoul n'a pas souhaité s'exprimer sur la question. «Elle est formidablement courageuse», commente Béatrice Bourges, figure du Printemps Français et signataire du «Manifeste des intellectuels du peuple destiné au parents d'élèves» initiée par la militante. Les deux femmes tiendront prochainement une conférence à Marseille sur le «Gender».

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/01/28/01016-20140128ARTFIG00405-theorie-du-genre-des-eleves-absents-du-fait-d-une-etrange-rumeur.php?pagination=14#nbcomments
avatar
zylis
Contributeur
Contributeur

Messages : 199
Date d'inscription : 28/10/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Théorie du genre : des élèves absents du fait d'une étrange rumeur

Message par Lancasterer le Mer 29 Jan - 17:15

La théorie du genre s'immisce à l'école


Le principal syndicat du primaire propose des «outils» pour parler des «nouvelles familles».

«Est-il nécessaire d'apprendre à nos enfants à aimer les travestis?», peut-on lire en boucle sur les réseaux sociaux. L'information bruisse sur les blogs des sympathisants de la Manif pour tous depuis quelques jours. Le livre Papa porte une robe ferait son entrée dans les salles de classe de l'école primaire. La polémique enfle à la suite d'un colloque du Snuipp, principal syndicat enseignant du premier degré, autour du thème «Éduquer contre l'homophobie dès l'école primaire». À l'occasion de cet événement organisé le 16 mai, jour de lutte contre l'homophobie, le syndicat a «mis à disposition» des professeurs des «outils théoriques et pratiques pour avancer». Libre à eux de s'en inspirer ou non. Le rapport de 192 pages déroule de nombreux chapitres, comme «Le genre, ennemi principal de l'égalité» ou «Déconstruire la complémentarité des sexes» et propose une vingtaine de «préparations pédagogiques» et ouvrages «de référence» - dont le fameux livre. «La littérature jeunesse est un support pertinent pour aborder toutes les questions sensibles», affirme Sébastien Sihr, secrétaire général du syndicat, avant de préciser qu'il s'agit de «suggestions»sans lien avec les programmes scolaires. «Le livre Papa porte une robe permet d'aborder les questions de sexisme et d'homophobie, qui sont liées», poursuit-il.

Mais Olivier Vial, président du syndicat étudiant UNI, proche de l'UMP et ardent combattant d'une «théorie du genre» qui voudrait se frayer un passage dans l'enceinte scolaire, ne l'entend pas de cette façon. «Cet ouvrage sera-t-il utilisé pour montrer que l'on peut passer d'un sexe à un autre?», s'alarme-t-il. Reflet de ces inquiétudes, la pétition lancée à son initiative mi-mars sur Internet contre la théorie du genre à l'école arecueilli 270.000 signatures.

Le syndicat était monté au créneau après un amendement socialiste à la loi de Vincent Peillon demandant que l'école assure «les conditions d'une éducation à l'égalité de genre». Amendement qui n'a pas été retenu pas la commission des affaires culturelles du Sénat, preuve que le ministre et la majorité, malgré la présence dans leurs rangs de militants de la cause, ne tiennent pas à s'aventurer sur ce terrain glissant. «Au-delà des combats législatifs, il va falloir surveiller les cours et les manuels scolaires», poursuit Olivier Vial, qui, face à «cette tentative de déconstruction», invite les enseignants à la «résistance».

«Les questions d'homoparentalité ne peuvent être mises sous le tapis, rétorque Sébastien Sihr, depuis la loi sur le mariage pour tous, les familles homoparentales ont toute leur place à l'école.» Le syndicat consacre d'ailleurs un chapitre à cette question. Des «dispositions simples»«peuvent faciliter leur accueil», est-il indiqué. Et de prendre pour exemple la Mairie de Montpellier, qui a décidé d'organiser différemment son formulaire d'inscription à l'école: «responsable légal 1» et «responsable légal 2» remplacent les termes «père» et «mère». «Une telle initiative laisse à toutes les familles la possibilité de se reconnaître sans se voir rappeler qu'elles ne correspondent pas au schéma traditionnel», indique le rapport.

L'Éducation nationale n'a cependant pas attendu le syndicat pour se saisir de ces questions délicates. L'éducation à la sexualité, qui englobe des informations sur l'homosexualité, est une obligation légale depuis 2001 de l'école primaire au lycée. Depuis, les polémiques sont récurrentes. En 2010, la présentation du Baiser de la Lune, un dessin animé sur l'homosexualité destiné aux élèves de CM1 et de CM2, avait provoqué des réactions outrées d'associations catholiques. Porte-parole du Collectif pour l'enfant, Béatrice Bourges, aujourd'hui l'une des porte-parole du Printemps français, avait écrit une lettre à Luc Chatel dénonçant une «tentative d'intrusion dans l'intimité et la conscience de si jeunes enfants».

Des dizaines de livres évoquant l'homoparentalité ou l'homosexualité à destination des tout-petits sont cependant édités depuis une quinzaine d'années par des maisons ayant pignon sur rue. Ils sont utilisés par certains enseignants cités par le Snuipp, comme Gaël Pasquier, à Saint-Mandé, qui lit en classe Jean a deux mamans. «Chose amusante, plusieurs élèves ont affirmé qu'ils avaient deux mamans, montrant ainsi que la famille homoparentale devenait désirable», rapporte l'enseignant.

À la tête de la deuxième fédération de parents d'élèves de l'enseignement du public, Valérie Marty temporise: «Sortir ces exemples de lecture de leur contexte peut choquer», reconnaît-elle. Mais elle rappelle qu'il ne s'agit pas d'«enseignements quotidiens, mais marginaux», abordés au plus une fois dans l'année. «Le problème est lié au fait que l'institution n'associe pas suffisamment les parents. C'est une des raisons pour lesquelles certains craignent l'endoctrinement.»

Le coming out expliqué en 4e

Elles s'appellent Contact, Estim', En tous genres ou SOS-homophobie. Associations de lutte contre l'homophobie, elles interviennent au collège et au lycée, sur demande des chefs d'établissement, professeurs et conseillers d'éducation, principalement en classes de quatrième et de terminale, lorsque sont abordées la sexualité et la reproduction. «En début d'année, ma fille, en quatrième au lycée Carnot, dans le XVIIe arrondissement, s'est vu expliquer comment faire un coming out. Elle était toute aussi déconcertée que nous», raconte une mère de famille. Pour certains parents et autres acteurs de la communauté éducative, ces sujets devraient être laissés aux infirmières et aux médecins scolaires et non à des militants.

«Toute association est militante», défend Ludovic Saulnier, de SOS-homophobie, intervenue l'an dernier auprès de 12.000 élèves. En novembre, l'association s'est précisément vu retirer son agrément, délivré par l'Éducation nationale, à la suite d'une décision du tribunal administratif mettant en cause un document de travail «insuffisamment nuancé». «Ce jugement ne remet en question ni la qualité du travail éducatif de l'association ni la nécessité d'une information en milieu scolaire sur la lutte contre les discriminations», s'était empressé d'indiquer dans la foulée le ministère.

Un ministère qui, en octobre, a lancé un groupe de travail autour de l'éducation à la sexualité dès l'école primaire. Une mesure prévue dans les textes depuis 2001 mais loin d'être effective. Les associations qui, à l'instar des Enfants d'arc-en-ciel, dédiées aux familles homoparentales, interviennent très marginalement dans les écoles.

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/05/28/01016-20130528ARTFIG00664-la-theorie-du-genre-s-immisce-a-l-ecole.php
avatar
Lancasterer
Contributeur
Contributeur

Messages : 149
Date d'inscription : 28/10/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Théorie du genre : des élèves absents du fait d'une étrange rumeur

Message par Magny le Jeu 30 Jan - 14:46

Manifeste Lesbien de 1999 a écrit:

Nous sommes partisanes d’une société non genrée.
Nous proposons des mesures d’éducation et d’information contre les discriminations liées au genre et aux sexualités :

  - Formations sur une éducation non normative en genre au sein des enseignants, par leur sensibilisation aux attitudes différentes selon le sexe de l’enfant et aux conséquences discriminatoires de celles ci.

  - Par des campagnes d’information sur une éducation non normative en genre, à destination des parents et des futurs parents, en les responsabilisant sur les conséquences des modèles et interdits liés au genre pour les choix personnels et professionnels de leurs enfants.

   - Par des cours d’éducation civique élargis à l’apprentissage de la tolérance envers les minorités, où le lesbianisme et l’homosexualité seraient présentés comme étant une des sexualités possibles au même titre que l’hétérosexualité.

   - Dans l’enseignement, par une attention toute particulière portée aux mots et aux expressions employés, le langage entretenant une situation de fait dans les cours et dans les manuels scolaires.

Pour le reste des "joyeusetés" qui déborde du sujet évoqué ici, voir ci-dessous :
http://www.france.qrd.org/texts/manifeste_lesbien1999.html

Qui gouverne qui ?
avatar
Magny
Habitué
Habitué

Messages : 89
Date d'inscription : 29/10/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Théorie du genre : des élèves absents du fait d'une étrange rumeur

Message par Torpen le Ven 31 Jan - 17:19

avatar
Torpen
Habitué
Habitué

Messages : 48
Date d'inscription : 19/12/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Théorie du genre : des élèves absents du fait d'une étrange rumeur

Message par Lysliane le Sam 1 Fév - 10:20




Une video qui ne laisse pas insensible .
avatar
Lysliane
Habitué
Habitué

Messages : 96
Date d'inscription : 05/11/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Théorie du genre : des élèves absents du fait d'une étrange rumeur

Message par Merl1 le Sam 1 Fév - 13:00

Extrait de la vidéo, l'air réjouit de la ministre :

avatar
Merl1
Admin
Admin

Messages : 544
Date d'inscription : 28/10/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Théorie du genre : des élèves absents du fait d'une étrange rumeur

Message par belgium le Sam 1 Fév - 13:22

Eric Zemmour a écrit:Premièrement, Vincent Peillon a tout à fait raison. On n’enseigne pas la théorie du genre à l’école. On l’expérimente et on la met en pratique. Premier mensonge énorme. Monsieur Peillon joue sur les mots. Monsieur Peillon se fout de la gueule du monde. Il n’y a pas de rumeur, il y a une réalité. Le gouvernement a un programme totalitaire. Il veut détruire tout ce qui structure et ce qui identifie les gens: la famille, le sexe, la nation.
avatar
belgium
Habitué
Habitué

Messages : 29
Date d'inscription : 14/11/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Théorie du genre : des élèves absents du fait d'une étrange rumeur

Message par Castor le Sam 1 Fév - 13:51

Lysliane a écrit: Une video qui ne laisse pas insensible .

Merci, un peu longue mais intéressante.
avatar
Castor
Admin
Admin

Messages : 206
Date d'inscription : 28/10/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://e-led.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Théorie du genre : des élèves absents du fait d'une étrange rumeur

Message par zylis le Dim 2 Fév - 18:23

avatar
zylis
Contributeur
Contributeur

Messages : 199
Date d'inscription : 28/10/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Théorie du genre : des élèves absents du fait d'une étrange rumeur

Message par Lancasterer le Mar 4 Fév - 15:36

avatar
Lancasterer
Contributeur
Contributeur

Messages : 149
Date d'inscription : 28/10/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Théorie du genre : des élèves absents du fait d'une étrange rumeur

Message par zylis le Mar 4 Fév - 17:31

avatar
zylis
Contributeur
Contributeur

Messages : 199
Date d'inscription : 28/10/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Théorie du genre : des élèves absents du fait d'une étrange rumeur

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum