Lectures en diagonale
Bienvenue,

Inscrivez vous pour poster des commentaires ou de nouvelles lectures.

Interpellé en démontant le pont de Saint-Cloud

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Interpellé en démontant le pont de Saint-Cloud

Message par Lancasterer le Jeu 5 Déc - 16:44


« Mais enfin, vous avez bien compris que vous étiez en train de désosser un pont de Paris, non? »

La présidente de la chambre des comparutions immédiates, Magali Tabareau, semblait dépitée quand elle pose cette question au prévenu, Radu, un mendiant roumain de 38 ans apparemment abusé par deux voleurs hardis. Dimanche, « j’étais en train de mendier dans la rue », raconte l’intéressé via son interprète.
« Un Hongrois et un Roumain sont venus me voir et m’ont proposé de travailler avec eux. » Les deux hommes lui auraient alors fait une avance royale : 5 € et trois cigarettes. Une fois la tâche accomplie, consistant simplement à « déplacer un peu de ferraille », il percevrait 100 €. Ainsi, les « employeurs » sont venus chercher Radu pour l’amener sur les quais de Boulogne-Billancourt, à l’aplomb du pont de Saint-Cloud. Il lui suffisait d’attendre qu’on lui passe « la ferraille ».

Recruté pour faire le « sale boulot »

Les deux hommes sont montés sur le pont pour dessouder des plaques de cuivre et de métal, les fixer à une corde pour faire glisser l’ensemble jusqu’en bas, où Radu récupérait le colis. Après la réception de cinq ou six plaques, cet homme aux épaules voûtées, le regard perdu, a fini par se dire que « ce n’était pas très normal ». Mais, il le reconnaît, il n’a « pas réagi ». Des témoins ont vu le manège et alerté la police, vers 2 heures dans la nuit de dimanche à lundi. Les policiers ont cueilli Radu, ses plaques de métal et ses cordes tandis que le duo perché sur le pont a détalé. Il a été recruté pour faire « le sale boulot » et c’est lui qui assume, a plaidé son avocat commis d’office pour encourager le tribunal à prononcer une peine inférieure aux réquisitions. Pour ce « dépeçage » du pont, « un bâtiment national », la procureur, Christine de Gouvion Saint-Cyr, a demandé cinq mois ferme. Le tribunal lui a en a infligé deux mois. Le conseil général ne s’est pas constitué partie civile mais a fait savoir qu’après un vol de métal similaire sur le même pont, les réparations avaient coûté 60000 €."

http://www.leparisien.fr/espace-premium/hauts-de-seine-92/interpelle-en-demontant-le-pont-de-saint-cloud-26-11-2013-3349689.php
avatar
Lancasterer
Contributeur
Contributeur

Messages : 149
Date d'inscription : 28/10/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum